Qui êtes-vous, Robert Masson ?

À l’âge de 15 ans, confronté à une grave maladie cardiaque, et condamné par la médecine à 3 ans de vie maximum, Robert Masson décide de fréquenter les librairies de médecines naturelles de Paris et de Lausanne pour tenter d’échapper à son sort. Ses recherches, lui permettent de trouver les causes de sa maladie et de se guérir en appliquant les méthodes de santé naturelles.

Il se passionne alors pour l’étude des plantes, et approfondit l’étude de la nutrition et des médecines naturelles. Sa vocation est née. Il y consacre tout son temps.

Dès les années 70, avec Roger Feuillé, Louis Clair, Pierre Marchesseau, Jacques Leguern, André Passebecq, Raymond Lautié, André Roux… il contribue à un très fort courant de naturopathie en France . Ses prises de position très étayées et dénuées de toute ambiguïté le font surnommer par les journalistes « le fer de lance de la naturopathie française ».

En 1977, Robert Masson transmet son expérience et ses observations dans ses deux premiers ouvrages : « Soignez-vous par la nature » et « Folies et sagesses des médecines naturelles ».

Le Dr D. Immunologiste écrit le 18 février 1981 à Robert Masson :

Cher monsieur, J’ai beaucoup apprécié vos deux livres « Folies et sagesses des médecines naturelles  » et  » Soignez- vous par la nature ».

Ces deux ouvrages arrivent à un bon moment pour mettre un peu d’ordre dans toutes les théories fantaisistes et plus ou moins utopistes de certains théoriciens des thérapeutiques dites « naturelles ». Je vous encourage vivement à persévérer dans cette voie et à continuer vos recherches pleines de richesses et de nouvelles découvertes.

En 1990 Robert Masson reçoit le Prix International de l’Académie Diplomatique de la Paix au Mérite des Médecines Naturelles. Il enseigne à la Faculté de Médecine Paris XIII, département Naturothérapie, le Réglage Alimentaire Individualisé ou  » Eutynotrophie  » dont il est le créateur.

La presse s’intéresse à l’enseignement naturopathique de cet autodidacte passionné. Ses multiples entrevues à la radio et à la télévision, les innombrables articles parus dans les colonnes des plus prestigieuses revues font de lui une référence incontournable dans l’univers de la Naturopathie et auprès du grand public.

Aujourd’hui, plus de 60 ans après la condamnation médicale, Robert Masson, plus que jamais continue à dispenser son enseignement à travers ses conférences, ses ouvrages, les congrès, et bien entendu à son école l’École Robert Masson dont la renommée a franchi nos frontières.

Les apports de Robert Masson
à la diététique et à la naturopathie

1970
Observations empiriques sur la doctrine de l’alimentation dissociée (Hay-Shelton) créant l’amaigrissement, l’anémie, la fonte musculaire, l’ostéoporose et la chute immunitaire avec le temps.

1975 : Observations sur le végétalisme (végétaliens d’Orléans et les taux de cholestérol entre 3 et 5 grammes et triglycérides très importants dans le sang de végétaliens de 30 à 40 ans ; explication par la surcharge calorique générant la fabrication massive de cholestérol et triglycérides par l’organisme.

1975
Démonstration des rapports entre la typo-morphologie et la biochimie de l’organisme modulant les besoins et les apports de fruits aqueux à savoir :A. Les acido-neutralisants par comburation
B. Les acido-neutralisants par spoliation minérale de l’organisme.

1980
Démonstration rationnelle des dangers des divers crudivorismes pour l’homme du fait du dispatching vital totalement différent de l’animal et de l’homme. L’animal dispatchant les ¾ de sa vitalité sur le plan viscéral et ¼ sur le plan cortical alors que l’homme dispatche sa vitalité pour ¼ sur le plan viscéral et pour ¾ sur le plan cortical.

De ce fait, le Cru 100% est parfait pour l’animal, le Cru 100% détruit l’homme avec le temps (amaigrissement très important, fonte musculaire, chute immunitaire, disparition de la libido etc.)

1980
A. Conférences et publication sur les dangers, la malnutrition, l’arrêt de croissance des enfants végétaliens et la destruction irrémédiable de la santé des enfants et adultes suivant véritablement le végétalismemême « dit équilibré »
B. Mythe de la complémentarité céréales-légumineuses du fait de La loi du minimum et la faible bio-disponibilité des protéines végétales.

1985 – 1990
Nombreuses publications sur les macro-doses de vitamines de synthèses et risque de Perturbation métaboliques et cancérisation si données au long cours.

1980-1985
Explication physiologique par inversion du rapport insuline-glucagon de la nocivité de l’alimentation dissociée notamment la prise à des repas séparés des aliments protéiques et des aliments glucidiques.

1985
La méthode nutritionnelle de Robert Masson est appelée Eutynotrophie (EU = bon, TYNO = réglage, TROPHIE = nutritionnel) en faculté de médecine Paris XIII.

1990-2000
Nombreuses conférences et publications sur les rapports suivants :
• Importance d’un apport protéique bi-journalier dans la protection de l’ostéoporose, la protection anti-anémique, la vitalité immunitaire et le maintien de la vie active.
• Impossibilité pour les aliments protéiques animaux ingérés à dose physiologique d’acidifier l’organisme
• Impossibilité pour les aliments protéiques animaux ingérés à dose physiologique d’intoxiquer l’organisme
• Protection et régulation de la flore intestinale par les apports protéiques animaux via le maintien d’un pH gastrique normal
• Publications sur les insuffisances diverses d’une nourriture totalement végétale notamment les six carences végétaliennes :

  1. Carences en protéines complètes à haute bio-disponibilité
  1. Carence en vitamine A – présence du bétacarotène qui sera transformé en vitamine A seulement si le foie est en très bon état
  2. Carence en vitamine D3 ( présente dans les fruits de mer, le foie, l’œuf) dans les végétaux se trouve la vitamine D2 peu utilisée par l’organisme.
  1. Carence en vitamine B12 : elle n’existe ni dans les végétaux terrestres, ni dans les algues ; si l’on veut de la vitamine B12 sans ingérer de protéines animales, il faut :
    Soit ingérer le terreau, l’humus qui se trouve autour des carottes, du céleri, des betteraves etc.
    • Soit utiliser des vitamine B12 de synthèses hautement dangereuses prises au long cours.
  1. Carence en EPA et DHA : ces acides gras de la série oméga 3 n’existent pas dans les végétaux en particulier l’EPA.
    Dans les végétaux existe un oméga 3, l’alpha-linolénique pouvant être transformé par le foie en EPA et DHA si les capacités de cet organe sont intactes.
  1. Carence en fer héminique dans les végétaux. Les végétaux contiennent un fer non–héminique cinq fois moins bio-disponible que le fer héminique du poisson, fruits de mer et de la viande.

1990-2004
Mise en évidence de la Fondamentale importance de l’estomac dans la genèse des maladies infectieuses et allergiques de l’arbre respiratoire et ORL ; étiologie inconnue des auteurs classiques et de médecine naturelle.

2000-2002
Création des iso-urinaires de jeûne en 200K permettant d’abréger la durée du jeûne par l’accélération des éliminations.

1980-2000
Contribution importante en Iridologie instantanée de terrain en ce qui concerne :  1) les trouble psychiques
2) le diabète
3) l’ hépatisme chronique

2010
Publications sur les dix étiologies fondamentales de la maladie d’alzheimer et création de la vasculo-kinésie-cérébrale.

Enfin, en 60 ans de naturopathie
dont plus de 50 années de pratique et plus de 40 années d’enseignement et perfectionnement constant des notions d’individualisation alimentaire et mise en garde à travers de nombreux livres : « Folies et sagesse des médecines naturelles, Mythe et mensonges des régimes classiques et des diététiques naturelles », contre certaines techniques – jeûnes avec excursion en montagne – jeûne avec bains chauds répétés, irrigations coloniques avec eau ordinaire ( il faut une eau salée à 9 grammes/litre), cure de citron, huiles essentielles prises pures et de façon non mesurée etc etc…

Voici quelques-unes unes des pierres apportées par l’auteur à l’édifice naturopathique et à la diététique naturelle et équilibrée !

En savoir plus